Tél

06 52 06 63 00

E-mail

contact@annaorench.com

Plusieurs parmi nous avons vécu l’embaras des gaz pendant une période difficile dans nos vies. Il est évident donc, que le ballonnement a un lient étroit avec le stress. Voici quelques notions, remèdes et bons réflexes pour soulager ce désagrément, et pour éviter des complications majeures.

Le lien entre ballonnement et stress

Il y a différents mécanismes par lesquels une situation de stress peut provoquer des ballonnements.

D’un côté, on sait bien que la réponse de “lutte ou fuite” est orchestré par certaines hormones, dont le cortisol. Celui-ci s’occupe que le flux sanguin se dirige en prévalence vers certaines fonctions de notre organisme, comme la pensée ou la respiration. Dans ce type de situation, la digestion n’est pas prioritaire, et notre capacité de décomposer les aliments au niveau de l’estomac est, donc, perturbé. Ceci comporte une fermentation ou une putréfaction dans le tube digestive, responsable des gaz.

Aussi, l’anxiété ou l’angoisse qui caractérisent les épisodes de stress, justifie (relativement !) d’une part, la consommation d’aliments trop sucrés ou trop transformés, difficiles à assimiler pour un système digestif déjà dérangé. Cet état émotionnel peut nous amener, encore, à manger trop vite, en nous empêchant de bien mâcher les aliments pour les prédigérer. Au même temps, on peut avaler trop d’air qui se cumule dans l’estomac, contribuant au ballonnement.

En outre, le stress est aussi un facteur dérangeant de la microbiote intestinale, puisque le système digestif est largement innervé. En déséquilibre, des bactéries opportunistes peuvent remplacer les bons microorganismes, et produire des gaz, en contact avec les déchets alimentaires.

Les remèdes

À un niveau symptomatique, nous pouvons soulager les désagréments provoqués par l’excés de gaz avec des compléments alimentaires :

  • Plantes carminatives : Ce sont des plantes qui aident à soulager la flatulence. On trouve parmi elles le fenouil, l’anis vert ou la verveine odorante. Acquérir l’habitude de prendre des infusions (pour les feuilles) ou décoctions (pour les graines) après les repas peut aider énormement.
  • Pre et probiotiques : Comme on a vu, la microbiote est très sensible au stress et, en déséquilibre, peut produire des ballonnements. Les prébiotiques sont des sucres naturellement présents dans les fibres végétales, qui aident à l’action des probiotiques. Ceux-ci, à leur tour, son des bactéries ou des levures qui améliorent l’équilibre de la flore intestinale. Cependant, il existe des nombreuses souches de ces microorganismes, donc il faut bien se renseigner avant de choisir le bon complément alimentaire.
  • Enzymes digestives : La bromélaïne, qu’on trouve dans l’ananas, ou la papaïne, présente dans la papaye, sont des enzymes qui aident la digestion. Elles ont, donc, un effet bénéfique en cas de flatulence. On les consomme en forme de complément alimentaire, et elles ont, en plus, un effet anti-inflammatoire.
  • Charbon végétal : Voici un remède classique dans la gestion des gaz intestinaux. Cette substance s’obtient principalement de la noix de coco, des noyaux des olives ou des écorces des arbres. Elle a une capacité d’absorption importante, étant capable de piéger des substances toxiques comme les métaux lourds, mais aussi les gaz. Ceci est un soulagement, mais il doit se consommer à trois heures d’écart des médicaments, donc il peut attraper également leurs principes actifs. C’est pour ceci qu’on ne doit pas envisager ce complément alimentaire comme une cure au long terme.

Les bons reflexes

Au-delà des produits que l’on peut consommer pour soulager les ballonnements, il y a des habitudes qu’on peut incorporer pour les éviter :

  • Bien mâcher, et manger doucement. Si vous avez du mal à faire ceci, je vous conseille de vous aider de l’élixir florale Impatients. Cette fleur de Bach peut vous aider à calmer la cadence de votre déglutition.
  • Débuter les repas en mangeant de l’ananas ou de la papaye. Comme mentionné plus haut, ces fruits contiennent des enzymes digestives qui aident la digestion.
  • Repérer les aliments qui nous font gonfler et les éviter. Il peut s’avèrer des crudités, difficiles à assimiler pour un système digestif dérangé, même si le crudivorisme est très à la mode.

Finalement, il es nécessaire de gérer le stress qui nous amène à manger des mauvais aliments et trop vite, et qui dérange notre digestion. Car, il faut résoudre la cause si on veut aborder le soucis à la base, et ne pas se contenter de soulager le symptôme. Ceci nous évitera que le problème dévient chronique.

Les complications

La flatulence n’est pas une maladie en soi-même, sinon un symptôme. Quand elle n’est pas résultat d’une mauvaise digestion provoquée par le stress, elle peut révéler des altérations de santé plus importantes. Parmi ces déséquilibres on trouve le syndrome de l’intestin irritable, une candidiasis ou encore la maladie de Crohn. Il faut dire qu’il existe également un lien entre le stress et ce type de dérèglements. Donc, si on gère notre stress, et qu’on adopte des gestes pour soulager la flatulence, mais que le problème persiste, je vous conseille de consulter un professionnel de la santé.

En outre, si vous envisagez prendre en main votre réponse au stress pour résoudre les ballonnements comme d’autres ennuis, vous pouvez me contacter pour un conseil personnalisé.

Sources :

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.