Tél

06 52 06 63 00

E-mail

contact@annaorench.com

Très présente dans les parapharmacies, la mélatonine est un remède classique pour les problèmes de sommeil. Or, comme pour tous les compléments alimentaires, son utilisation est pertinente seulement dans certains cas. Savoir si cela nous convient, et comment la prendre, est absolument nécessaire pour réussir un sommeil de qualité. Plus important, nous éviterons des effet indésirables.

La mélatonine et les cycles du sommeil

À la base, la mélatonine est une hormone que notre glande hypophyse produit dans le cerveau, pour réguler le cycle du sommeil. Car, l’obscurité stimule sa production, tandis que la lumière la limite. En circonstances normales, notre propre sécrétion suffit pour réussir un endormissement dans la nuit. Conséquemment, dans les cas de difficulté à attraper le sommeil, on pense à une insuffisance de cette hormone.

Un remède très réputé

Dans un premier temps, cette substance était très utilisée comme remède pour le jet-lag. En effet, le décalage horaire pouvait, en principe, être aidé avec la mélatonine, régulatrice des cycles circadiens (éveil / sommeil).

Or, lors de mes interventions en différentes parapharmacies, je constate que on la conseille pour tous les cas d’insomnie de première heure. Par ailleurs, on trouve des nombreux laboratoires qui proposent des comprimés ou des gélules à base de mélatonine. La dose maximale pour un complément alimentaire est de 1,9g de mélatonine, et souvent il s’agit d’une version synthétique. De plus, parfois on la trouve accompagnée de plantes sédatives comme la valérienne, la passiflore ou l’houblon.

Efficacité, précautions et contre-indications

Il faut dire que chez certains individus, c’est la solution incontestable à leurs problèmes de sommeil. Cependant, je témoigne parfois l’insatisfaction de clients pour qui la mélatonine ne marche pas. De surcroît, et malgré sa réputation, les études scientifiques à son égard, ne sont point concluants concernant son efficacité.

À ceci se rajoute le risque d’interactions médicamenteuses, notamment avec les antihypertenseurs, les antiagrégants plaquettaires ou les anticoagulants.

En outre, la mélatonine est fortement déconseillée en cas de maladie inflammatoire ou auto-immune, asthme, épilepsie, pathologie psychiatrique ou démence. Et pas indiquée de tout chez les enfants et femmes enceintes.

Je regarde, donc, sceptique, les clients qui, sans hésiter, jettent dans leurs paniers des boîtes de mélatonine. Je me demande s’ils se sont bien renseignés, ou s’ils ont observé les précautions et contre-indications. D’ailleurs, certains me disent que cela fait des années qu’ils la consomment. Or, on ne devrait pas avoir un besoin permanent d’artifices pour dormir.

Les alternatives

Parce que, en tant que naturopathe, je ne peux pas m’empêcher d’étudier le problème du sommeil sous un angle plus globale. C’est-à-dire, mon intention va être d’aller chercher la cause du problème, et non simplement d’alléger le symptôme.

Ainsi, dans ma préoccupation pour la gestion du stress, je m’intéresse à l’état d’âme de ceux qui ont du mal à s’endormir. Car, une chute du moral peut être à l’origine. C’est pour ceci que, chez certains individus, la Griffonia, riche en tryptophane (précurseur de la sérotonine) peut s’avérer très efficace.

D’un autre côté, dans les cas de stress prolongé, on va certainement avoir un manque de magnésium, qui agit sur le système nerveux, comme sur la détente musculaire. Il est, donc, très indiqué pour réguler le sommeil.

Encore, dans certains cas, on peut casser le cercle vicieux de l’éveil nocturne et l’endormissement matinal, en prenant du Ginseng au réveil. Celle-ci est une plante adaptogène, utilisée dans le cadre du stress, pour aider l’organisme à s’activer le matin, sans le surexciter. De cette façon, le soir on aura la fatigue normale de la journée, ce qui va nous aider à nous endormir.

Les bonnes habitudes

En outre, il me semble indispensable d’observer une hygiène du sommeil, pour assurer un sommeil réparateur. Ceci inclut éviter les écrans avant de se coucher, puisque leur lumière peut empêcher la production naturelle de mélatonine. Se contenter d’un repas léger le soir, pour ne pas surcharger le système digestif, aide également dans plusieurs cas. Il va de soi que les stimulants comme le café ou le sucre sont à éviter le soir. Si on soupçonne une petite addiction, les fleurs de Bach peuvent venir à l’aide.

Finalement, dormir dans une pièce bien ventilée, ni trop froide ni trop chaude est, pareillement nécessaire. Les huiles essentielles de mandarine, lavande vraie ou verveine sont souvent utilisées dans la chambre pour promouvoir le sommeil.

En définitive, je suis de l’avis que l’on peut utiliser la mélatonine pour des soucis ponctuels d’endormissement. Or, sur le long terme, on devrait explorer le problème plus en profondeur.

Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas que les troubles du sommeil peuvent être un signe d’un problème plus important. Ainsi, si le soucis ne se résolut pas, au bout d’un moment je vous conseille de consulter avec un spécialiste.

En attendant, vous pouvez essayer d’améliorer votre endormissement et la qualité de votre sommeil avec des méthodes naturelles adaptées à votre cas. Pour un conseil personnalisé, ne doutez pas à me contacter.

Sources :

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.