Tél

06 52 06 63 00

E-mail

contact@annaorench.com

Rien de plus pratique, comme outil anti-stress, que de porter dans son sac un flacon d’huiles essentielles à utiliser en olfaction. Quelques inspirations à un moment donné, peuvent aider à soulager les émotions débordantes des moments difficiles. Or, il faut savoir choisir ses huiles et bien les utiliser. Voici quelques repères.

Pourquoi en olfaction ?

Aucun parmi nous est étranger à l’effet émotionnel que peut causer une odeur. Le rappel instantané d’un souvenir nous frappe l’instant même de sentir certaines fragrances au bout du tarin. Ce puissant pouvoir d’évocation est dû au lien direct entre le nez et le cerveau. En effet, la muqueuse olfactive dans les narines contient des neurones qui captent les molécules odorantes inspirées. Ensuite, cette information arrive directement au système limbique par le bulbe olfactif. Enfin, au sein de ce système on trouve l’amygdale, qui s’occupe de traiter l’information et de générer une réponse.

En bref, les odeurs n’ont pas besoin d’être transportées par le sang dans l’organisme, pour arriver au cerveau. Ainsi donc, cela explique la rapidité de l’effet des huiles essentielles en olfaction, et son utilité comme outil anti-stress.

Les incontournables

Nombreuses sont les huiles essentielles qui peuvent nous aider à gérer les moments de tension, d’une façon ou autre. Dépendant de notre réponse au stress, ou style de coping, on choisira des huiles plus ou moins apaisantes, toniques nerveuses, ou équilibrantes du système cardio-vasculaire. Chaque cas est différent et unique. Or, si je devais en choisir trois d’incontournables, ce seraient celles-ci :

  • Lavande Vraie (Lavandula angustifolia)

Elle est, sans doute, la plus populaire et versatile des huiles essentielles. En effet, ses propriétés s’étendent à la sphère de la peau, du système respiratoire et, bien sûr, du système nerveux. En conséquence, elle est habituellement indiquée pour soulager l’anxiété et l’agitation, et pour aider avec le stress et l’insomnie. Néanmoins, il faut savoir qu’elle est potentiellement allergisante si on l’utilise trop souvent, comme c’est d’habitude le cas. À ne pas confondre avec la Lavande Aspic, plus indiquée pour éliminer la toxicité (piqures d’insectes), ou le Lavandin, qui agit mieux comme analgésique musculaire.

  • Petit Grain Bigarade (Citrus aurantium ssp amara)

Absolument ma préférée, comme pour des nombreux parfumeurs, puisqu’elle est largement utilisé pour la fabrication de cosmétiques, tellement elle sent bon. Or, la réputation de cette huile provenant de la distillation des feuilles et jeunes pousses de l’oranger, est plutôt due à ses propriétés sédatives. C’est pourquoi elle est très conseillée en cas d‘insomnie, stress, ou fatigue mentale. Personnellement, je la trouve très efficace pour calmer l’angoisse. En revanche, il faut s’en abstenir les trois premiers mois de grossesse.

  • Camomille Noble (Chamaemelum nobile)

Vrai remède d’urgence aromatique, cette huile est indispensable en cas de choc émotionnel. À inhaler de suite que le moment de déstresse arrive, même si la personne n’est pas trop fan de l’odeur à camomille. Effectivement, ses qualités sédatives et analgésiques font d’elle une huile de première intention pour des pointes de stress, et des moments d’angoisse aiguë. Toutefois, il faut savoir qu’elle est déconseillée, comme la Lavande, les trois premiers mois de grossesse.

D’autres alternatives

  • Épinette noire (Picea mariana)

Elle est très connue pour ses propriétés anti-catarrhales, qui font d’elle une favorite dans les synergies de l’hiver. Or, cette huile possède également un effet “cortisone-like”, qui agit en cas d’asthénie profonde ou épuisement. Ainsi, dans les cas de stress de type yin, ou dans le stade de burn-in, elle peut nous aider à remonter la pente. Spécialement indiquée pour ceux qui deviennent grincheux à cause de la fatigue profonde, et pour les victimes de la procrastination. Or, il ne faut pas abuser de l’olfaction de cette huile, sous risque de provoquer des maux de tête.

  • Yuzu (Citrus junos)

Pour les amoureux des agrumes, voici une délicieuse alternative à la Bergamote ou aux huiles essentielles dérivées de l’oranger. Avec un arôme mélange de Néroli, Mandarine et Petit Grain, le Yuzu modère de façon puissante le système nerveux central. En effet, cette huile agit en cas de d’agitation, colère ou même tristesse. Encore, elle a aide à soulager les troubles du rythme cardiaque.

  • Santal Jaune (Santalum austrocaledonicum)

Moins onéreux que son cousin le Santal Blanc, cette huile a un effet apaisant et calmant du système nerveux. Cardiotonique, il peut aider à soulager la fatigue cardiaque. En outre, il agit sur l’asthénie nerveuse, étant donc un bon allié en stade de burn-in. Enfin, le Santal Jaune est une bonne alternative à l’Ylang-ylang, en cas d’asthénie sexuelle et frigidité. En fait, pour info, il s’utilise également pour les problèmes de prostate.

Comment réaliser l’olfaction

  • En diffusion aérienne : à l’aide d’un diffuseur dans la pièce, idéalement par nébulisation, qui respecte mieux les propriétés des huiles essentielles. Un petit quart d’heure suffit pour pouvoir profiter des bienfaits des essences.
  • En olfaction directe : en plaçant le flacon à 4-5 cm de distance de nos narines. On peut réaliser des inspirations de 5-6 secondes, et expirations de la même durée, pendant pas plus de 5 minutes. Pour des effets continues, on peut réaliser l’olfaction trois ou quatre fois par jour.

Dans tous les deux cas, dépasser les temps indiqués peut nous saturer et provoquer des effets non désirés comme des maux de tête ou des allergies. En outre, il est toujours une bonne idée de vérifier les contre-indications de chaque huile essentielle, pour pouvoir les utiliser en sécurité.

Comme toujours, celles-ci ne sont que quelques pistes pour vous orienter vers votre choix en aromachologie. Si vous souhaitez un conseil personnalisé, vous n’avez qu’à me contacter.

Sources :

  • BADOUX D., BREDA M.L. Huiles essentielles chémotypées Editions Amyris 2019.
  • CANAC Patty, ROUX-SITRUK Danielle, Olfactothérapie, les super-pouvoirss de l’odorat sur notre bien-être, Alpen Editions 2019.
  • DAVIS Patricia, Aromatherapy an A-Z, The C.W. Daniel Company Limited, 2000.
  • LAWLESS Julia, The encyclopaedia of essential oils, Element Books Limited, 1999.
  • https://www.pexels.com/photo/woman-smiling-holding-a-bottle-of-essential-oil-3969197/

Articles recommandés

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.