Tél

06 52 06 63 00

E-mail

orench.anna@gmail.com

Il est 14h et nous avons un sacré coup de barre après le déjeuner. Se remettre au travail c’est penible, particulièrement si nos nuits ne sont pas tout à fait paisibles. Notre irritabilité s’accentue et nous avons du mal à nous concentrer. On sait bien que tout cela n’aide pas à nos niveaux de stress. Et si on essayait ce super outil anti-stress qu’est la micro-sieste ?

Quest-ce qu’on appelle une micro-sieste

Il s’agit d’un endormissement d’entre dix et vingt minutes au milieu de la journée. Dans ce temps là, on entre dans la première et la deuxième phases du sommeil, c’est à dire, le sommeil léger. Au delà de vingt minutes, on achève la troisième phase du sommeil, plus profonde, et le réveil est plus compliqué. Il s’agit d’un outil “low-cost” à nombreuses avantages.

Certains sont réticents à s’endormir en public par soucis de sécurité. Cependant, il faut savoir que pendant une micro-sieste on baisse la garde mais pas totalement, donc on peut facilement être réveillés en cas de danger.

Quels sont les bienfaits d’une micro-sieste

Cette courte mais délicieuse parenthèse est bien réputée pour nous apporter un bon coup d’énergie au réveil. En effet, durant cette petite pause de rêverie, les rythmes biologiques s’apaisent, la respiration et le battement du cœur se ralentissent, et les muscles se relaxent. Il a été prouvé que ceci aide à la prévention de pathologies liées au stress, notamment les problèmes cardio-vasculaires. Avoir l’habitude de réaliser une micro-sieste aide également à booster l’immunité, à améliorer la mémoire et la créativité, et donc, à optimiser la productivité. Ce n’est pas étonnant que certaines entreprises mettent en place un espace de détente dans les lieux de travail. C’est, en effet, un excellent moyen de prévention du burn-out !

Au delà de sa fonction préventive, la micro-sieste peut nous aider dans le quotidien à :

  • Affronter les conflits interpersonnels d’une façon plus calme,
  • Être plus attentif au volant,
  • Être de meilleur humeur,
  • Avoir une meilleure mine (intéressant si on a prévu une soirée),
  • Avoir la vue moins fatiguée,
  • Alléger les douleurs musculaires.

Quel est le meilleur moment

Après le déjeuner, le moment est très propice pour une micro-sieste, puisque l’énergie se concentre sur la digestion. Nous avons tous vécu plus ou moins ce petit coup de barre post prandiale. Cependant, on peut utiliser cet outil anti-stress dans les situations d’attente, par exemple. Cela peut nous épargner un certain degré de frustration.

Ceci serait le cas pour la plupart d’entre nous, qui travaillons en horaire journalière. Par contre, si vous travaillez en tour de nuit, vous pouvez très bien faire une micro-sieste pendant votre pause, au milieu de votre service.

En tout cas, je ne vous conseille pas de vous endormir à un moment trop proche de l’heure habituelle à laquelle vous vous couchez. Cela pourrait déranger vos ritmes circadiens (repos / activité).

Comment réussir sa micro-sieste

Pour quelqu’un avec des problèmes de sommeil, la fatigue diurne facilitera l’endormissement. Autrement, si on n’a pas l’habitude ou la facilité de s’endormir quand on le veut, il y a quelques astuces qui peuvent nous aider :

  • Si possible, il vaut mieux s’allonger pour dormir que rester assis sur la chaise. Ceci aide à la relaxation et évite des douleurs musculaires au réveil,
  • Réserver un temps précis pour la micro-sieste et se mettre en mode “occupé” sur son planning,
  • Programmer un réveil, de préférence avec le téléphone éteint. Ceci nous evite l’inquiétude de nous réveiller trop tard, ce qui peut, au même temps, nous empêcher de dormir,
  • Se concentrer sur la respiration sans la forcer. Ceci aide à diminuer la fréquence cardiaque, et calme le mental,
  • Nous pouvons utiliser de la musique détente, quoique le silence c’est toujours plus efficace,
  • Trouver si possible un coin tranquille, sombre, et frais en été, chauffé en hiver,
  • Se composer un kit micro-sieste, pour avoir au lieu de travail. Ceci peut contenir des oreillettes, une machine à bruit blanc, un masque de sommeil, un petit oreiller, ou une couverture entre d’autres. On peut également s’aider des huiles essentielles en olfaction, d’action très rapide. Je vous conseille le mandarinier rouge (ou vert), la verveine ou la lavande vraie.

En outre, si vous avez vraiment du mal à vous endormir en peu de temps, je vous conseille d’éviter le café en fin de matinée. Vous pouvez aussi explorer les techniques d’autohypnose du sommeil.

Ne vous découragez pas si aux premiers essais vous ne réussissez pas. Vous aurez travaillé votre respiration, relaxé vos muscles, et reposé vos yeux de toute façon. Si vous créez l’habitude de réserver du temps pour cet outil anti-stress qu’est la micro-sieste, vous allez y parvenir finalement. Une fois habitués, on devrait pouvoir faire des micro-siestes dans des circonstances moins propices ou plus bruyantes, comme dans un parc, ou dans la salle de pause du lieu de travail.

Comment je me réveille après une micro-sieste

Au réveil, si nous sommes toujours un peu endormis, nous pouvons nous activer par différents moyens. On peut sauter, s’étirer et se secouer, et/ou bien boire des boisson rafraîchissantes, comme une tisane à la mente. Se laver le visage à l’eau froide, ou sortir un moment à l’extérieur du batiment pour prendre l’air, peut aider aussi.

Finalement, il ne faut pas oublier que les outils anti-stress pour “tenir le coup” ne sont conseillés que dans les premieres phases du syndrome d’adaptation. Si nous sommes dans une situation de stress depuis longtemps, il faut décider si c’est le moment de s’arrêter et y rémedier, avant de tomber malade. Les fleurs de Bach peuvent vous aider à prendre cette décision.

Si vous souhaitez prendre en main d’une façon plus globale votre réponse au stress, en présentiel ou à distance, n’hésitez pas à me contacter.

Sources :

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.