Tél

06 52 06 63 00

E-mail

orench.anna@gmail.com

Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? C’est la question maudite qu’on appréhende souvent en famille, mais aussi en solo. En effet, l’organisation des menus de la semaine rajoute du poids à la charge mentale en situation de stress. Au mieux, on trouvera la force et l’inspiration pour se mettre à cuisiner. Au pire on finira par recourir à la restauration rapide, voir du surgelé, en détriment de notre nutrition, et donc, de notre vitalité. Moi, je conseille d’essayer le batch cooking, aux gens débordés.

Batch cooking, kesako ?

On traduit cette expression anglaise par “cuisine par lots”, et elle fait référence à une organisation efficace dans la préparation des repas. Il s’agit d’apprêter les menus de la semaine d’un seul coup le weekend. Ceci peut se faire par deux moyens :

  1. Cuisiner différents repas (des lasagnes, de la soupe, du ragoût, etc.) en grandes quantités. Repartir dans des petits récipients et congeler. Dans la semaine, on n’a qu’à décongeler les portions et consommer, en rajoutant quelques aliments frais, comme une salade. Cette option peut prendre plus de temps, mais cela ne demande pas trop de réflexion, si on cuisine des recettes qu’on connaît déjà. Cela demande, par contre, de l’espace dans le congélateur.
  2. Cuire des aliments séparément et en quantités larges (légumes, légumineuses, viande, poisson, céréales, etc.) et ranger dans le frigo. Ceci sert à composer, dans la semaine, des salades et des assiettes avec les aliments combinés et réchauffés rapidement. Il faut, cependant, bien planifier.

Les recettes

Pour cette deuxième option, on trouve dans les réseaux abondante information et recettes. En fait, ce n’est pas difficile, si on distingue bien les groupes d’aliments. Il suffit de combiner un céréale avec une légumineuse et des légumes, par exemple. Ou bien de la protéine animale (viande, poisson) avec des légumes et des céréales. Si tout est déjà cuit dans le frigo, nous n’avons qu’à le réchauffer ensemble, et peut-être rajouter une sauce (aussi prête).

D’autres options sont possibles. Un exemple serait une quiche qui, si tout est prêt, peut se préparer en dix minutes, avant d’aller au four.

Ce qui est important est de savoir combien de temps peut-on garder les aliments cuisinés dans le frigo. Il faut éviter qu’ils s’abiment. Un système de rotation des produits cuisinés, et de labélisation, donc, s’impose.

Comment se motiver

Oui, c’est vrai, cette méthode demande quand même une certaine logistique : liste des courses bien planifiée, un après-midi dédié à la cuisine et de l’organisation dans le frigo. Cela peut être un peu agaçant pour les personnes stressés, qui commencent à voir ses capacités cognitives affectées. En fait, dans cette situation, tout ce que l’on veut le weekend c’est de s’écrouler sur le canapé.

Cependant, le batch cooking peut casser ce cercle vicieux de “ne pas avoir l’énergie pour cuisiner – manger n’importe quoi – être malnutri – ne pas avoir l’énergie pour cuisiner”. Tout ce qu’il nous faut c’est un coup de pouce pour trouver la motivation de s’y mettre.

Pour ceci, on peut faire appel aux fleurs de Bach. Comme vous le savez, le choix parmi les 38 élixires est très personnel. Cependant, le Charme peut éloigner la paresse et nous apporter de l’entrain. L’Églantine peut nous aider à sortir de notre léthargie. L’Ajonc, lui, peut contribuer à ne pas se laisser aller. Ces fleurs ne sont que des exemples. D’autres peuvent nous aider aussi, dépendant de notre situation et tempérament.

Cela vous tente d’essayer ? Vous ne savez pas par où commencer ? Je peux vous accompagner dans votre initiation au batch cooking. En même temps, je peux également vous guider dans le choix des fleurs de Bach. Vous n’avez qu’à me contacter pour en discuter.

Sources :

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *